• 18 mai - Le Grand Orchestre Plage Sonore - Caen

    À l’occasion de cette 13ème édition et en partenariat avec l’Ecole Supérieure d’Arts & Médias de Caen/Cherbourg, le collectif PAN, le réseau normand Plage sonore et le DOC proposent le Grand Orchestre Plage Sonore, la réunion impromptue de vingt musiciens pour une première création en Normandie.

Actualités précédentes : Pages 1 | 2

Concerts passés

_____________________________________________________________________________________________________________

Dieu

Jean-Sébastien Mariage : guitare électrique
Heddy Boubaker : basse électrique
Mathias Pontevia : batterie horizontale

Jean-Sébastien, Heddy et Mathias jouent ensemble depuis très longtemps, mais c’est la première fois à 3. Après une résidence de travail suivie d’un concert à Bordeaux, puis d’un autre à Toulouse, ils n’ont toujours pas parlé de la musique qu’ils font ensemble.
Que dire ? Ca pourrait être du free rock mais ça n’en est pas… On pourrait croire que ça sonne comme des musiques que nous connaissions mais non.
A force de se tendre des pièges et de faire l’inverse de ce qu’ils veulent jouer, de déconstruire en permanence, quitte, dans des situations extrêmes, à maintenir une matière, ils arrivent à ce qu’ils cherchent : une articulation limpide et évidente.
Ce résultat ne pourrait pas être obtenu par une intention volontaire. C’est justement l’abandon de soi qui amène une évidence, à condition d’accepter de la découvrir à chaque instant.



Par ces temps jupitériens, il est rafraîchissant de retrouver soudain un Dieu en trois colosses de l’improvisation maintenant un équilibre instable entre sourde introspection et collusion retentissante. Trois musiciens, donc, assez intrépides pour transformer un trio de forme classique (guitare électrique, basse électrique, batterie) en champs de bataille antigravitationnel ; assez inspirés – surtout par le mouvement dada et le rock poétique des Stooges ; assez confiants pour fouailler le corps de la musique à la limite du dérèglement sonore, du silence, du bruit, du doux, du cri, du rien. « Dieu, comme son nom l’indique, est un outrage permanent à ce qu’il faut faire ou nourrir pour faire de la musique »
Un Pavé dans le Jazz

Dieu à Bordeaux juin17

Faire un commentaire sur cet article

Contact